A quel jeu joue VIESSMANN-FRANCE ?

  1. Chaumark
    (67) Bas-Rhin
    N'ayant reçu aucun courriel d'accusé de réception à mon mail du 28 janvier 2019, j'en ai envoyé un second Vendredi 1er février. Sans réponse, lui aussi.
    J'ai appelé aujourd'hui le siège de Viessmann France. Les messages enregistrés d'attente vous informent que Viessmann dispose d'un "SAV de 1er choix".
    Quand le Standart finit par décrocher, on m'informe qu'il n'y a jamais, contrairement à d'autres entreprises de cette taille, de message d'accusé de réception quand vous leur adressez un mail.
    Après une nouvelle attente, on m'informe que mon mail est bien arrivé et qu'il serait répondu ultérieurement mais sans pouvoir préciser le délai, la personne au service consommateur étant seule.
    L'artisan installateur ne répondant pas davantage à la seconde demande de l'UFC Que Choisir (LR AR), je me demande, vu ce que j'avais déjà vécu dans les années "courts cycles" 2015 - 2016, s'il ne s'agit pas là d'une stratégie concertée.
    D'autres que moi ont-ils leur expérience à nous faire partager sur ce registre ?
     
    Chaumark , 4 Février 2019
    #21
  2. kenny82
    (82) Tarn-et-Garonne
    Ben ils ont l habitude de passer systématiquement via l instalateur meme pour declencher leur tech resident
    Donc j y vois une methode pour ne pas prendre en compte en direct

    Ils ont vendu a l installateur qui lui doit assurer leur sav
    S il se déclare incompetent il peut faire appel a leur station technique (qui est souvent un installateur “plus compétent”) ou a un de leur tech
    Apres plus haut c est le tech qui demande l intervention expert usine

    Voila plutot l organigramme des interventions
    Une station technique n est pas un tech de la marque mais une boite qui a signé un contrat de commade de piece/formation personnel/ et qui a un certain volume d affaire

    Il y a sinon 1-4 tech viessmann par region ...
     
    kenny82 , 4 Février 2019
    #22
  3. gchaud
    (92) Hauts-de-Seine
    Bonjour,

    si ne répond pas faire une mise en demeure à l'installateur (lrar), avec copie à Viessmann également par LRAR.
     
    gchaud , 4 Février 2019
    #23
  4. ELYOTHERM
    (69) Rhône
    Bonjour @Chaumark

    Pour apporter ma petite pierre à l'édifice de votre dossier :-)

    Comme vous avez fait isoler le circuit plancher, la présence d'oxydes ferreux (et non de "limaille" - on n'est pourtant pas en train de scier un lingot d'acier ;-)) ne peut provenir effectivement que de quelques parties "coté" chaudière : par exemple vase d'expansion (en acier), échangeur du ballon ECS (si présent suivant votre modèle), bouteille/collecteurs si présents, et quelques petites pièces/raccords mais marginal en nombre. Le reste, c'est généralement inox, cuivre/laiton, et matières synthétiques.

    En outre ma réflexion personnelle est que je ne comprends pas pourquoi systématiquement on cherche à "embêter" (pour être poli !) l'industriel, qui même s'il n'est pas à l'abri d'un problème (défaut de fabrication, réception d'une série de pièces défectueuses suite au changement d'un composant électronique au gré des marchés de la mondialisation, etc ...), indique clairement comme mettre en oeuvre son produit, notamment au niveau de la qualité de l'eau devant y circuler. Ainsi, libre à celui qui l'installe d'ensuite respecter ou non ces préconisations, et d'en assumer le risque ! Car il existe aussi des tas de textes, circulaires et références réglementaires sur le traitement des eaux de chauffage issues par exemple du CSTB (DTU), RSD, normes NF, ... qui mettent en garde sur le sujet.

    Alors même si le risque est effectivement faible dans votre configuration avec un primaire composé principalement de matériaux "résistants" et le remplissage avec une eau de consommation, il existe toujours ! Et donc en cas de problèmes liés à la qualité de l'eau, ils doivent être assumés par l'installateur hormis si il peut prouver qu'il a fait le nécessaire ou à averti l'utilisateur qui n'a pas forcément suivi les conseils donnés. Alors il est normal que le fabricant vous renvoie toujours vers lui. Ce n'est pas une question de "couvrir" ou non un installateur ! Ceci est d'ailleurs clairement exprimé dans TOUTES les conditions de garanties des fabricants à savoir que le bénéfice de leur garantie en cas de défaillance ou détérioration d'un produit imputable à une qualité de l'eau inadéquate sera exclu !

    Car la chimie d'une eau de chauffage est complexe, changeante dans le temps. L'eau peut aussi sur certains secteurs présenter des caractéristiques "particulières" (ex. eau avec un pH plutôt acide qui va favoriser la corrosion, ou une eau trop douce, ...) et ce sans que l'on en soit conscient ... puisqu'on l'a boit !! On oublie aussi trop souvent la corrosion galvanique qui apparaît au contact de deux métaux de nature différente (ce qui est franchement le cas dans une installation de chauffage). Ou bien les appoints d'eau trop fréquents de certains qui vont amener continuellement du dioxygène dissous qui va attaquer les composants métalliques de l'installation. Sachant à nouveau que toutes ces réactions vont interagir entre elles et continuellement changer la chimie de l'eau, et qu'à un moment, on va peut-être tomber dans un déséquilibre particulièrement néfaste pour l'installation, avec des présences de métaux dissous qui explosent, et une oxydation qui va s'accélérer (effet boule de neige !) et là c'est la catastrophe pour récupérer tout ça !

    C'est donc pourquoi il convient de toujours :
    - rincer une installation neuve, et sur une installation existante, désembouer le circuit de chauffage ;
    - mettre en place une solution protégeant le réseau sanitaire du calcaire ;
    - ajouter un produit de protection (inhibiteur) dans un réseau propre en prenant en compte tous les métaux et matériaux constituant l'installation ;
    - mettre en place des protections/filtres pour protéger le générateur ;
    - analyser régulièrement l'eau de chauffage, et prendre immédiatement les mesures adéquates en fonction des résultats.

    En conclusion, votre problématique doit selon moi trouver uniquement une solution avec l'installateur, avec au besoin une expertise amiable contradictoire dans un premier temps, et avec analyse à la fois de l'eau du chauffage et de l'eau de remplissage. Peut-être que ce n'est pas si grave que cela, peut-être qu'il s'agit que d'une pièce qui a été corrodée, et donc son remplacement avec cette fois l'ajout d'un "bon" inhibiteur vous permettra de repartir sur de bonnes bases.

    Bien cordialement,
    Jean
     
    ELYOTHERM , 5 Février 2019
    #24
  5. Chaumark
    (67) Bas-Rhin
    Merci à tous pour vos contributions aux questions que je pose.
    Bien entendu, j'ai saisi en priorité l'installateur. Qui, malheureusement, cette fois ci, comme en 2015-2016, ne bouge pas. Ou alors il faut l'appeler matin et soir, en journée sur son portable, pour qu'il daigne se déplacer sans proposer de solution viable.
    Concernant le constructeur Viessmann, rappelons quand même qu'il n'a été d'aucun secours lors de l'affaire des courts cycles, mais a publié en 2017 une prose dans laquelle il mettait en cause indirectement mon installateur. D'où le titre de cette rubrique.
    On ne peut à priori éliminer l'hypothèse d'une malfaçon de construction au niveau de la chaudière. A Viessmann aussi d'intervenir auprès désespérée installateurs quasi exclusifs. Je ne suis qu'il client ordinaire, sans compétence particulière en matière de chauffage, sinon j'aurais installé cette dernière moi-même.
    Pour l'instant, Viessmann dispose de toute ses chances afin de démontrer qu'il a autour de lui un "service après-vente de première qualité", pour ce qui le concerne ou au travers de son réseau d'installateurs (exemple: l'entreprise qui effectue la maintenance et dont je suis satisfait, AGS Maintenance de Duttlenheim (67) en fait partie - voir site Internet de Viessmann). A Viessmann de le démontrer prochainement de manière concrète. Je ne demande pas plus. Mais pas moins !
     
    Chaumark , 5 Février 2019
    #25
  6. gchaud
    (92) Hauts-de-Seine
    En terme de responsabilité, votre interlocuteur privilégié doit être le chauffagiste qui a posé la chaudière.

    Il doit vous répondre et apporter une solution. Après c'est son problème de prendre à sa charge ou de faire porter la charge au fabricant. Si il a posé la chaudière dans les règles de l'art et en respectant les préconisations du fabriquant, et que la chaudière a un problème dans ce cas il se retournera contre le fabricant.

    Maintenant si il fait l'autruche, vous avez raison d'en informer Viessmann.
     
    gchaud , 7 Février 2019
    #26
    kenny82 aime ça.